*

Retour à l’accueil de Radio-Canada.ca
DISPONIBLE EN DVD

Les Films Christal présentent une production micro_scope
En collaboration avec ICI Radio-Canada Télé et ICI RDI

Un film de Annie St-Pierre

YOLANDE LABRIE

Présidente provinciale

Fédération 04 - Bellechasse

« J’aime mieux mourir en faisant ce que j’aime, plutôt que mourir d’ennui. »

Yolande Labrie est la présidente provinciale des Cercles de Fermières du Québec. Ancienne institutrice, elle s’est entièrement consacrée à son foyer et à ses quatre enfants jusqu’à ce qu’ils soient tous à l’école secondaire. Mais la femme d’action qu’elle est n’aurait su rester seule à la maison bien longtemps! Habile manuellement, elle s'inscrit au Cercle de son village, Saint-Damien-de-Buckland, dont elle devient rapidement la présidente. Un rôle qu'elle tiendra à plusieurs reprises, durant 18 ans en tout. Son dynamisme dans la communauté lui a valu de se faire remarquer par les dirigeants d’IPL, la plus grosse industrie de sa région, et de se faire offrir un poste de cadre dans l’entreprise. Yolande commence donc une nouvelle carrière à l’aube de la quarantaine, sans pour autant abandonner son engagement dans les Cercles. Son leadership la porte à la tête du conseil de sa Fédération, où elle œuvre pendant 12 ans, avant d'être élue présidente provinciale. Le travail de présidente est un travail à temps plein… mais bénévole. « Dans mon premier mandat, je travaillais à temps plein. Quand j’arrivais, je montais me coucher, pis, c’était mon mari qui faisait le souper. Après ça, je mangeais, pis je me remettais dans mes affaires jusqu’à minuit. Je mettais toutes les réunions les fins de semaine. Quand j’avais des réunions la semaine, je prenais ça sur mes congés de maladie ou sur mes vacances. Y'a pas une Fédération que j’ai pas visitée; j’ai fait le tour du Québec. » À 73 ans, Mme Labrie est une véritable célébrité au sein des Fermières. Elle connaît le nom des membres qu’elle croise dans les congrès aussi bien qu’elle peut réciter le règlement de l’association. Yolande Labrie est l’archétype de la Québécoise de son époque : une femme qui a autant de caractère que de générosité.